Les archives de la Grande Guerre en Hongrie

La Grande Guerre a profondément marqué l’Europe médiane. En 1914, cet espace est partagé entre les trois empires allemand, austro-hongrois et russe ; en 1918, la disparition de ces empires remodèle la carte de l’Europe médiane. La Hongrie devient indépendante à la suite de l’éclatement de l’Autriche-Hongrie. Il est important de connaître cette histoire pour comprendre comment se présentent les sources de la Grande Guerre en Hongrie. Gergely Fejérdy, maître de conférences à l’université catholique de Pázmány Péter à Budapest, a accepté d’en faire ici une rapide présentation.

De 1867 à 1918, la Hongrie est intégrée dans la double Monarchie des Habsbourg. Environ 10 millions de Hongrois vivent en Autriche-Hongrie (51 millions d’habitants) à la veille de la Première Guerre mondiale. Budapest possède un gouvernement, au sein duquel un ministre est chargé des affaires militaires et de l’armée (Honvéd, littéralement « défenseur de la patrie”). Cependant, en ce domaine, les Hongrois ne pèsent sur les décisions de l’empereur François-Joseph (1849-1916) que de manière dérisoire, essentiellement à travers le Parlement, qui vote ou refuse la subvention demandée par Vienne.

 Après 1867, il existe à Vienne trois « ministères communs » :

  • le ministère de la Guerre
  • le ministère des Politiques étrangères
  • le ministère des Finances, qui ne traite que les questions financières des deux précédents.

Cet éclairage institutionnel permet de comprendre pourquoi la majorité des archives hongroises, pour la période comprise entre 1867 et 1918, se trouve à Vienne. En 1926, dans le but de faciliter la consultation des documents concernant la Hongrie avant 1918, la Hongrie et l’Autriche ont conclu un accord, qui a permis la mise en place d’une délégation permanente à Vienne, en lien avec les services culturels de l’Ambassade de Hongrie. Cette délégation est composée de deux archivistes hongrois, qui aident les chercheurs. En effet, les fonds antérieurs à 1918 n’ont pas été séparés entre l’Autriche et la Hongrie. Ils forment un ensemble conservé en Autriche. Pour en savoir plus, il est nécessaire de consulter le site internet des Archives nationales de Hongrie (une version anglaise est disponible).

Néanmoins, il est possible de trouver des sources en Hongrie. Aux archives nationales, les fonds portent principalement sur les administrations hongroises pendant la guerre, tandis que des archives sur les prisonniers de guerre hongrois en Russie sont disponibles aux archives militaires. Par ailleurs, il peut être utile de consulter les inventaires des débats parlementaires de l’époque, qui sont consultables en ligne. Il est également conseillé de se rendre dans les archives des villes et communes, en particulier à Budapest. Pour compléter, les collections de la Bibliothèque Nationale, en particulier du département des manuscrits, ne sont pas à négliger.

Mener des recherches efficaces dans les sources hongroises suppose de maîtriser les langues hongroise et allemande. Cependant, les demandes de consultation peuvent être adressées en allemand et en anglais. Pour suivre les programmes et recherches actuelles concernant la Hongrie, on peut consulter le site de la Commission Hongroise de la mémoire de la Grande Guerre.

Pour en savoir plus :

Le 19 novembre 2014, l’université de Strasbourg organise un atelier interdisciplinaire franco-allemand de jeunes chercheurs sur le thème des « soldats d’entre-deux » pendant la Première Guerre mondiale et plus précisément sur les identités nationales dans les témoignages des combattants des empires centraux. Cet atelier et la journée d’étude qui suivra constitueront le troisième volet d’un cycle d’études commencé en 2012 (voir ici l’appel à contribution).

La Hongrie et la Première Guerre mondiale dans les collections de l’ECPAD

Tibor Balla, Les troupes hongroises sur le front de l’ouest pendant la Première Guerre mondiale, Revue historique des armées, n°270, 2013, p. 31-40

Sur notre blog, Andreas Latzko, Hommes en guerre

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire