Identifier des prisonniers de guerre sur une photo grâce aux archives du CICR

prisonniers-avenesNous avons déjà consacré un article sur ce blog aux photographies de prisonniers de guerre français en Allemagne (Chtimis prisonniers de guerre : photos de groupe). Ces photographies me laissaient sur ma faim car le lieu et l’origine du groupe étaient connus, j’avais le sentiment de passer à côté de l’identification des hommes. Et puis, le hasard m’a donné un coup de pouce ! En effectuant des recherches dans les archives du Comité international de la Croix-Rouge sur un prisonnier de guerre breton dont je connaissais le nom, j’ai compris que je pouvais essayer de mettre « mes » photographies en regard des archives du CICR, pour les dater et identifier les soldats photographiés. J’expose ci-dessous ma démarche et les conclusions que j’ai tirées.

J’ai plusieurs photographies de groupe de ce type, mais celle des prisonniers d’Avesnes-les-Aubert (Nord) est la plus nette et donc la plus exploitable. Le groupe est composé de douze soldats âgés qui appartiennent au 3e régiment d’infanterie territoriale et d’un homme provenant du 145e régiment d’infanterie. Ces soldats ont été capturés à Maubeuge au moment de la reddition de la place le 7 septembre 1915. Au centre, un prisonnier porte une pancarte sur laquelle est inscrit : « Les Avesnes-Aubert à Chemnitz« . J’ai retrouvé cette photographie sur un marché aux vieux papiers à Paris parmi des dizaines de lettres, factures et photographies qui devaient appartenir au premier homme assis en partant de la gauche.

C_G1_E_02_02_0225_0093Le registre de la Kommandantur du camp de prisonniers de Chemnitz, conservé aux archives du CICR, contient une liste de noms des prisonniers français internés à Chemnitz le 30 août 1916. Il est consultable sur le site internet du CICR (cotes P 44987 à 45300) sous la forme de 492 vues. La photographie est vraisemblablement contemporaine de la constitution du registre car les prisonniers évacués en Suisse au début de 1916 n’y sont pas inscrits et au moins un des prisonniers figurant sur la photo a été transféré à la fin de l’année 1916.

Cette liste a été établie en tenant compte de tous les changements ou modifications concernant les prisonniers de guerre français internés dans le camp. Selon mes estimations, elle contient vraisemblablement les noms de plus de 6 000 prisonniers français. J’avais commencé à indexer chaque nom mais après avoir dépassé le millier, j’ai renoncé… Toutefois, cet échantillon a mis en évidence le nombre élevé (environ 40 %) de soldats natifs du département du Nord dans le camp de prisonniers de Chemnitz.

La liste nominative du registre se subdivise en plusieurs parties (infanterie, cavalerie, artillerie, génie). A l’intérieur de chaque partie, les noms sont classés par ordre alphabétique. Contrairement à d’autres documents du CICR, cette liste apporte d’autres informations  : je les ai traduites et présentées ci-dessous.

  • N° des Gef. : Numéro de prisonnier;
  • Fam : Nom
  • Vorname : Prénoms
  • Dienst-grad. : Grade
  • Truppen-teil : Unité
  • Heimat : Lieu de résidence
  • Gefangen-nahme : Date et lieu de capture
  • Veränderungen : Transferts

C_G1_E_02_02_0225_0093Je ne connaissais pas les noms des hommes figurant sur la photographie, mais je savais qu’ils avaient un lien avec le village d’Avesnes-les-Aubert. J’ai entrepris d’éplucher la liste dans l’espoir de retrouver un Avesnois et de confirmer mon intuition. Le n° 135 m’a donné raison : il s’agit de Canonne Léandre, de la 6e compagnie du 3e régiment d’infanterie territoriale, d’Avesnes-les-Aubert et capturé à Maubeuge le 7 septembre 1914. En zoomant sur la photo, j’ai retrouvé le n° 135, l’homme qui tient l’écriteau.

blog

Je me suis alors mis en quête de tous les Avesnois dans cette liste. J’en ai retrouvé douze sur treize. Certains villageois, qui n’habitaient plus  Avesnes-les-Aubert avant la guerre, ont déclaré à l’autorité militaire allemande un lieu de résidence autre tout en posant sur la photographie et je ne les ai pas retrouvés dans la longue liste du registre. De plus, certains numéros sont lisibles sur les uniformes, alors que quelques numéros de la liste ne correspondent pas à un soldat avesnois. J’ai pu identifier formellement cinq soldats (n° en gras ci-dessous) et deux (en rouge) sont probablement identifiés. Pour terminer, j’ai poursuivi mes recherches dans les archives de l’état civil, pour retrouver l’année de naissance de chaque individu, afin de rechercher les fiches matricules aux Archives départementales du Nord afin d’en savoir plus sur chaque homme.

Ce type de recherche peut se faire avec d’autres photos et pour d’autres camps. Malheureusement, tous les registres n’ont pas été tenus avec une telle précision et tous n’ont pas été conservés. N’hésitez pas à partager avec nous vos propres découvertes.

prisonniers

  • 257 HERBIN Paul, né à Avesnes-les-Aubert en 1887, tisseur, soldat au 345e RI, capturé à Maubeuge le 7 septembre 1914, interné à Chemnitz et rapatrié le 2 janvier 1919.
  • 327 LEBECQ Augustin François, né à Avesnes-les-Aubert en 1877, employé de fabrication, caporal au 3e RIT, capturé à Maubeuge le 7 septembre 1914, interné à Chemnitz et rapatrié au début de l’année 1919. Par décret du 20 novembre 1902, il était autorisé à porter la médaille d’argent de l’ordre de Saint-Stanislas conférée par l’Empereur de Russie.
  • 261 GHIENNE Nicolas, né à Avesnes-les-Aubert en 1876 et résidant à Villers-en-Cauchie, tisseur, caporal au 3e RIT, fait prisonnier à Maubeuge le 7 septembre 1914, interné à Chemnitz et rapatrié le 9 janvier 1919. Il vit à Paris en 1919.
  • 301 MOREAU Albert Louis (caporal), 3e RIT, 3 Cie, Maubeuge
  • 525 LARIVIERE Nicolas, né à Avesnes-les-Aubert en 1874, ouvrier maçon, soldat au 3e RIT, capturé  à Maubeuge le 7 septembre 1914, interné à Chemnitz, il est rapatrié d’Allemagne afin d’être hospitalisé à Toulouse le 22 novembre 1917. En 1918, il vit à Mitry-Mory et conserve des séquelles de sa captivité par la suite.
  • 135 CANONNE Léandre, né à Avesnes-les-Aubert en 1874, cordonnier, soldat au 3e RIT, capturé à Maubeuge le 7 septembre 1914, interné à Chemnitz et rapatrié en février 1919. Il s’installe en Seine-et-Oise.
  • 356 LARGILLIERE René, né à Avesnes-les-Aubert en 1878, lamier, caporal au 3e RIT, capturé à Maubeuge le 7 septembre 1914, interné à Chemnitz et rapatrié le 8 janvier 1919.
  • 134 CANONNE André, soldat, 3e RIT, 10e Cie, [Maubeuge] (vit à Quiévy) (interné à Minden ?)
  • 345 COUVEZ Charles Guislain, né à Avesnes-les-Aubert en 1878 et résidant à Douchy (Nord), journalier agricole  soldat, soldat au 3e RIT, capturé à Maubeuge le 7 septembre 1914, interné à Chemnitz et rapatrié le 12 décembre 1918. Il s’installe dans la Loire après la guerre.
  • 472 HERBIN Henri, né à Avesnes-les-Aubert en 1874, ouvrier agricole, soldat au 3e RIT, prisonnier à Maubeuge le 7 septembre 1914, interné à Chemnitz et rapatrié en mars 1919.
  • 289 HERBIN Octave, né à Avesnes-les-Aubert en 1875, emballeur, soldat au 3e RIT, prisonnier à Maubeuge le 7 septembre 1914, interné à Chemnitz et rapatrié le 9 janvier 1919.
  • 450 LEMAIRE Jean Baptiste, né à Bevillers (Nord) en 1879 et résidant à Avesnes-les-Aubert, soldat au 3e RIT, fait prisonnier à Maubeuge le 7 septembre 1914, venu de Golsern à Chemnitz le 21 juin 1916 et rapatrié le 24 janvier 1919. Il s’installe à Cambrai.

3 Comments

  1. Bonjour
    Article très intéressant qui m’a donné de l’espoir de trouver sur le net une photo du camps de Grafenwoehr ou mon grand père Barbier Alfred fut prisonnier
    Fiche Geneanet :
    http://gw.geneanet.org/bjc49?iz=96&n=barbier&oc=0&p=alfred+marie+rene+joseph
    Malheureusement la fiche CICR que j’ai trouvée n’a pas la même structure —–> il n’y a pas la colonne numéro de prisonnier
    et de plus a ce jour je n’ai pas su trouver de photo de ce genre
    Cordialement.

  2. Super intéressant !
    Sur le site du Chtimiste, j’avais trouvé une photo sur laquelle j’ai l’impression qu’il y a mon arrière-grand-père car l’année correspond et c’est le bon camp, mais malheureusement, il est impossible de trouver sa carte sur le site de la croix-rouge, je trouve qu’il n’est pas bien fait d’ailleurs =(

  3. Bonsoir,
    Très impressionnée par votre article. J’ai effectué pas mal de recherches sur les prisonniers au camp de Grafenwöhr. Plusieurs personnes m’ont gentiment envoyé des documents, photos sur ce camp. J’ai fait des tentatives d’identification des photos de groupes. Ce n’est pas facile. La lecture de votre article me donne envie de recommencer peut-être en suivant vos conseils avec plus de succès.
    https://histoiredefamille.wordpress.com/category/1914-1918/camps-de-prisonniers/grafenwohr/page/4/
    Cordialement
    Michèle

Laisser un commentaire